[helpc] Suspectant un piratage des votes, Vivendi Universal reconvoque une AG

  • From: "Shaka( Rudy)" <strub.rudy@xxxxxxxxx>
  • To: <helpc@xxxxxxxxxxxxx>
  • Date: Wed, 1 May 2002 10:19:15 +0200

Suspectant un piratage des votes, Vivendi Universal reconvoque une AG


La Tribune - édition du 29/04/2002


 
 
Le groupe soupçonne un piratage du vote électronique lors de l'assemblée
générale du 24 avril. Ce qui remet en jeu deux résolutions rejetées
mercredi dernier, notamment le très contesté plan de stock-options.
À peine calmés, les remous provoqués par le limogeage du président de
Canal Plus <http://www.latribune.fr/> , Pierre Lescure, et l'assemblée
générale du 24 avril, un nouveau coup de théâtre est intervenu vendredi
soir sur le dossier  <http://www.latribune.fr/> Vivendi
<http://www.latribune.fr/>  Universal (VU). Le groupe a dénoncé dans un
communiqué une "intrusion frauduleuse dans le système de votes" lors de
l'AG. Alerté par un taux d'abstention qu'il juge anormalement élevé
(environ 20 % au lieu de 5 % habituellement), VU a sondé plusieurs de
ses grands actionnaires. Résultat : le constat de "détournements de
vote", et la suspicion d'un piratage du système. Le groupe de Jean-Marie
Messier a fait savoir dimanche soir dans un nouveau communiqué qu'il
déposerait plainte au pénal contre X aujourd'hui. Il sera suivi par
certains actionnaires.

Sur une décision de justice. La conséquence la plus spectaculaire est
l'annulation de l'assemblée générale de mercredi dernier. Le conseil
d'administration du groupe doit se réunir aujourd'hui pour "convoquer
formellement une nouvelle assemblée générale début juin". Une décision
plus démocratique que l'annonce dès vendredi soir, par Jean-Marie
Messier lui-même, de ce nouveau rendez-vous fixé au 3 juin. La
présidente de l'Association de défense des actionnaires minoritaires
(Adam), Colette Neuville, s'en était émue : "Le patron d'un groupe a
bien sûr le droit de saisir la justice pour s'assurer que les votes ont
été réguliers. Mais il n'a pas celui de décider de son propre chef que
les résultats des votes sont nuls." La convocation d'une assemblée à
l'ordre du jour identique revient de facto à une annulation de celle du
24 avril, ce qui ne peut intervenir que sur une décision de justice,
observe par ailleurs la présidente de l'Adam. "Le conseil
d'administration est tout à fait habilité à convoquer une nouvelle
assemblée", rétorquait hier un porte-parole de VU, sachant que l'objet
unique sera cette fois "de permettre aux actionnaires de réexprimer
leurs votes".

Certes, ce "bis repetita" est de nature à semer le trouble parmi ces
actionnaires. Mais il ne devrait pas forcément déplaire à Vivendi
<http://www.latribune.fr/> , après le rejet surprise mercredi de deux
résolutions qui "auraient vraisemblablement été adoptées sans ce
piratage", faisait-on valoir hier chez VU. Le groupe doit pouvoir se
passer de la résolution numéro 13, sur l'autorisation de procéder à une
augmentation de capital sans maintien du droit préférentiel de
souscription. 

Le taux d'abstention. En revanche, la seizième, sur la mise en place
d'un plan de stock-options pouvant aller jusqu'à 5 % du capital, dont
l'ampleur avait choqué les investisseurs, posait problème. Dès mercredi
soir, le patron de VU avait d'ailleurs indiqué que le groupe avait
besoin de ce plan et allait reconvoquer une assemblée extraordinaire sur
ce point.

Coïncidence fâcheuse ou manoeuvre opportuniste ? Difficile de trancher
en l'absence de preuves de ces fraudes. Selon Colette Neuville, le taux
d'abstention de 17,7 % enregistré pour le vote du plan de stock-options
n'a rien d'étonnant : "Traditionnellement, les grands institutionnels,
les gérants de Sicav, s'abstiennent lorsqu'ils sont hostiles à une
résolution", relève-t-elle, puisque les votes d'abstention sont
comptabilisés in fine dans le camp des contre.

Reste enfin la question du dividende, de 1 euro net par action, dont le
paiement était prévu le 13 mai. Le versement aura bien lieu à ladite
date, mais sur un compte bloqué. Un répit pour VU qui aurait pu faire un
geste en octroyant un acompte. La somme colossale à verser représente
1,087 milliard d'euros, que le groupe, en perte en 2001, a dû prélever
sur ces réserves.

Delphine Cuny et Clarisse Jay
 
 
--->>>
Shaka( Rudy)
HelPC list owner
shaka.rudy@xxxxxxxxx
 
 

Other related posts:

  • » [helpc] Suspectant un piratage des votes, Vivendi Universal reconvoque une AG