Re: Les Finances du Québec

  • From: Ariane Courville <borborygmes@xxxxxxxxx>
  • To: debats@xxxxxxxxxxxxx
  • Date: Fri, 23 Jul 2010 13:11:13 -0400

Ahhhhhh, j'espérais que David lance un débat sur l'intrusion du politique
dans le travail des professionnels de la statistique... De mon côté, j'ai
bien hâte que le gouvernement vienne me dire comment faire mon travail. Je
l'attends avec une brique, un fanal, et un tas de poissons pas frais. Ça me
fait bien rire qu'on nous serve l'argument de la liberté individuelle pour
permettre à des gens de ne pas répondre au questionnaire long du
recensement. Est-ce qu'on gage que les gens qui refuseront sont sur Facebook
où ils mettent un tas d'informations individuelles? J'ai beaucoup plus
confiance à Stat Can qu'à Facebook. Pis c'est pas pour flatter mon pire
ennemi, M. Bard.

______________________________________

Ceci étant dit, revenons à nos moutons. Beaucoup de propositions sont sur la
table, mais on se rend bien compte en se prêtant à l'exercice que les
solutions ne sont pas simples, et impliquent un déplacement d'argent entre
les ministères, en plus d'une augmentation des revenus et une diminution des
dépenses.

L'augmentation de la taxe sur l'essence n'est pas une mauvaise idée en soi.
Ça ferait probablement diminuer un peu la consommation, ce qui serait une
excellente nouvelle, mais on sait que cet effet serait limité. Le
contre-coup est l'augmentation du prix d'à peu près tout, surtout sur le
bout de la péninsule gaspésienne, où bien des choses coûtent déjà plus cher
qu'à Mtl. On pourrait quand même l'augementer légèrement sans que ça
n'occasionne beaucoup de tort, et réinvestir dans le transport en commun.
Effet économique = 0. Probablement gagnant au niveau environnemental.

L'augmentation de la taxe sur le tabac devra aller de pair avec
l'augmentation de l'argent investi dans la répression de la contrebande.
Oui, le tabagisme est en baisse, mais il ne faut pas lâcher ce combat. Le
tabac est la première cause évitable de maladies chroniques, encore de nos
jours! Malheureusement, les effets des politiques sur le tabac ne feront
épargner des sous au système de santé que dans 20 ans! Mais pour l'instant,
peu de gains économiques à faire.

Personne ne parle d'alcool, je ne sais pas pourquoi? Ce ne serait pas une
mauvaise idée de taxer davantage ce produit non essentiel, et même délétère
à plusieurs égards! Les gens qui boivent modérément n'en ressentiront pas
l'effet (je parle de la taxe, mais ça s'applique aussi à l'ivresse :-)  ).
Ceux qui boivent plus pourraient être tentés de réduire leur consommation.
Cette taxe pourrait être émise en fonction de la quantité d'alcool dans la
boisson. Peut-être difficile à gérer, mais ça se fait ailleurs. Probablement
pas, par contre, pour faire des gains économiques, mais plutôt de santé
publique!

En ce qui concerne les taxes à la consommation, de grâce, allégez-nous des
taxes sur les livres, et taxez les produits de luxe (bijoux précieux,
voitures, etc). Bon, ça exigerait de dresser une liste de ce qui est
essentiel et de ce qui est un luxe. Hum. Je vois les chicanes à l'horizon.
Quand une voiture devient-elle "de luxe"? Et un vêtement? Et un vélo? Et la
nourriture?

Bon. Reste l'impôt, semble-t-il.
Toutefois, l'implantation d'une paire de couilles, très peu pour moi, merci,
je repasserai.
Ajoutons quelques marches à l'escalier de l'impôt, sans toucher au % dans
les escaliers inférieurs. Et augmentons l'impôt des entreprises. Je ne suis
pas convaincue, comme Alexandre, que ça va créer l'hécatombe annoncée.
Surtout... (attention, je m'apprête à proposer une augmentation des
dépenses) si l'on investit davantage dans l'éducation. On développe une
expertise qui devient intéressante pour les industries de pointe, alors, pas
trop de fuite des entreprises. Il faut arrêter d'encourager nos industries
moribondes ou délétères pour aller ailleurs, vers l'avenir. Il faut investir
dans autre chose que les matières premières!

Pis diminuons la part de la santé (si on augmente l'argent en éducation, la
population sera en meilleure santé), et augmentons la proportion du budget
de la santé pour la partie préventive de la santé publique.

Finalement, je ne suis pas d'accord pour dire que la dette est le problème
numéro 1 du Québec. On est tous endettés, et on finit tous par s'en
préoccuper. Mais j'ose espérer que votre famille et vos amis demeurent au
centre de vos préoccupations, bien avant l'argent. Ce n'est pas un appel à
la surconsommation, loin de là, mais bien à la remise en perspective de ce
débat. On donne à l'argent beaucoup trop de place dans nos préoccupations,
et on se soucie trop peu de nos concitoyens. Voilà le problème numéro 1 au
Québec. Test: nommez-moi le nom de vos 3 voisins, à droite et à gauche de
votre appartement/maison. Et donnez-moi votre opinion sur les personne qui
s'injectent des drogues (ce test n'a pas été validé scientifiquement, mais
je pense que vos réponses pourraient indiquer à quel point on est dans une
société individualiste et individualisante).

C'est vrai quand même que le "tout, tout de suite" occasionne des problèmes
d'endettement à tous les niveaux. Pourquoi ne pas viser la décroissance de
notre économie?

Dans mes délires, j'en vient à penser que ce qui sauvera le monde et
l'environnement, ce sera le retour à l'artisanat et à un mode de vie simple,
mais avec toutes les connaissances accumulées. De toute façon, bien souvent,
ce qui est écologique est moins cher, et meilleur pour la santé. Pensez-y!
biiiiiiiiiiiiiip!


Le 23 juillet 2010 10:17, Alexandre Pérusse
<alexandre_perusse@xxxxxxxxxxx>a écrit :

> J'ai oublié de dire, en préambule, que je suis 100% d'accord avec David
> pour dire que la dette est LE problème du #1 du Québec. Selon moi, tout
> surplus devrait automatiquement aller à la dette plutôt que vers des
> programmes sociaux, ce qui permettrait par contre d'utiliser les intérêts
> épargnés sur le capital dans des programmes sociaux. Simplement dit, lorsque
> je pense à ce que nous pourrions accomplir avec l'argent des intérêts de la
> dette, je suis à la fois excité et honteux. Sans compter que la dette est
> essentiellement un beau cadeau des boomers qui causent maintenant
> l'augmentation de nos cotisations de pension, la hausse de l'âge de la
> retraite et j'en passe. Moi je ne suis pas intéressé à passer le même leg à
> mes enfants.
>
> ------------------------------
> From: alexandre_perusse@xxxxxxxxxxx
> To: debats@xxxxxxxxxxxxx
> Subject: RE: Les Finances du Québec
> Date: Fri, 23 Jul 2010 10:05:18 -0400
>
>
> Prière d'ajouter phil à cette liste.
>
> Personnellement, je crois qu'une hausse des impôts commerciaux et
> particuliers est la solution la plus honnête du côté des revenus. Entendons
> nous, plutôt que de créer de ridicule frais obligatoires (santé, garderies
> et autres) qui sont des impôts sous d'autres noms, implantons-nous nous
> mêmes une paire de couilles et appelons ça ce que c'est, un impôt.
> -Augmenter la taxe sur l'essence: bien en concept, mais en pratique
> beaucoup de gens et ou d'employés dépendent du carburant pour leur travail,
> ce qui pousserait inévitablement à demander une myriade d'exemptions au
> gouvernement (camionneurs, représentants, chauffeurs de taxi) qui feraient
> diminuer les montants obtenus par cette taxe. Même chose pour le transport
> en commun: soit on augmente pour couvrir l'augmentation du carburant et tous
> sont pénalisés (de facto identique à l'impôt) ou on n'augmente pas et
> l'effet est dilué.
> - Tabac: consommation en baisse, effet mineur.
> - À ceux qui s'opposent à l'impôt sur les sociétés, j'aimerais un: que l'on
> me démontre que les entreprises vont "sacrer" le camp (menace
> traditionnelle). deux: que l'on discute de l'impact sur la productivité
> qu'aurait la croissance uniquement du fardeau fiscal des particuliers, i.e.
> la propenton à travailler. Si seuls les particuliers portent ce fardeau, il
> me semble qu'il y aura, en bonne économique libérale, un désintérêt à
> travailler qui nuira à la productivité des sociétés, ce qui n'est donc pas
> plus dans leur intérêt qu'une hausse des impôts.
>
> Du côté des dépenses: c'est difficile. Le problème, c'est la maudite
> démocratie libérale :) Chaque groupe social imaginable a ses intérêts
> représentés dans la tarte budgétaire: en conséquence, les coupures qui sont
> pours ces uns un désastre sont pour ces autres une bénédiction. Je crois
> qu'on s'excite aussi beaucoup le poil des jambes avec la réorganisation. Pas
> qu'il n'y a rien à couper, mais plutôt que ça fait 150 ans qu'on essaye de
> limiter la taille de l'état dans les démocraties libérales et ça ne
> fonctionne pas. Il doit y avoir donc d'autres raisons que 1. les maudits
> syndicats 2. les politiciens corrompus/pas de couilles 3. le maudit
> socialisme. Le fait est que c'est difficile. Mais je suis d'accord sur
> un gros point avec David, c'est que le Québec du PQ a sacrifié beaucoup
> de $$$ à notre "identité" par des programmes gouvernementaux, i.e. Relations
> Internationales, Ministère du Revenu, et j'en passe, qui sont des tâches
> que, contre tout bon sens, on se sent incapable de contracter ou
> d'abandonner au fédéral sous peur de perdre le pouvoir (lire ici
> "control freak"). Toutes les provinces canadiennes font collecter leurs
> impôts par Revenu Canada... sont elles pour autant enchaînées?
>
> Le noeud du problème est selon moi la confiance abusive et le rôle
> prépondérant qu'accorde la culturale sociopolitique du Québec à l'État comme
> unique moteur de changement sociétal. Nous sommes "progressistes" et voulons
> que les femmes puissent rester en emploi (énorme jugement prescriptif,
> ici...)? Garderies à 7$. D'autres exemples me manquent pour l'instant, mais
> l'État québécois trouve difficile d'encourager des comportements autrement
> qu'en prenant action lui-même. Dans un milieu de travail, cela équivaut à du
> mauvais leadership: l'employé ne comprend pas la tâche? Plutôt que de lui
> expliquer, on la fait à sa place. Résultat? Zéro modification de
> comportement, aucun incitatif, aucun changement à long terme.
>
> Bon j'ai écrit ça un peu sur "un coin table" entre deux rendez-vous au
> bureau, mais essentiellement, je crois qu'il faudra augmenter légèrement les
> impôts, et des particuliers et des sociétés (quand même, on est fortement
> impôsés, surtout dans les familles à un revenu) et imaginer un gel absolu
> dans la croissance et le développement des programmes. Il faudra aussi
> mettre un prix sur notre "identité culturelle" et en débattre
> publiquement, ce qui nécessitera l'appui du PQ (pensez-y donc même pas)... à
> moins bien sûr qu'on se réveille demain matin et qu'on se rende compte que
> tous ces ministères d'extra ne contribuent pas du tout au renforcement de
> ntore identité et que leur disparition est aussi menaçante qu'une fourmi
> gambadant sur votre patio.
>
> Commentaires?
>
> ------------------------------
> Subject: Les Finances du Québec
> Date: Thu, 22 Jul 2010 17:24:56 -0400
> From: David.Bard@xxxxxxxxxxxxx
> To: debats@xxxxxxxxxxxxx
>
> Bonjour à tous,
> Alors, je me lance pour un premier débat.
> On a beaucoup parlé du dernier budget du gouvernement du Québec. Peu de
> gens l'ont aimé, peu importe l'allégeance politique ou économique. Mais, si
> l'on considère que l'endettement du Québec est problématique, ce qui est
> généralement admis, il est raisonnable d'espérer une solution à ce problème.
> Mais laquelle?
> Voici (dans le tableau excel joint), les chiffres de revenus et de dépenses
> du gouvernement du Québec pour l'année 2009-10 (avant le budget).
> Ma question: que feriez-vous?
> <<Revenus et dépenses 2009-10 QC.xls>>
> Est-ce qu'on travaille du côté des revenus?
> - On fait passer la taxe sur l'essence de 15,2¢ à 54,1¢ (et on suppose que
> la consommation demeure la même malgré tout).
> - On augmente la taxe sur le tabac de 650% (idem).
> - On augmente l'impôt des particuliers de 24,4%.
> - On triple l'impôt des sociétés.
> - Etc.
>
> Ou est-ce qu'on travaille du côté des dépenses:
> - On coupe toutes les dépenses de programmes (les intérêts sur la dette
> étant incompressible) de 7%. Mais attention, environ 65% des dépenses du
> gouvernement du Québec vont en salaire. Alors, difficile de couper les
> dépenses de programmes sans couper les salaires. Est-ce vraiment ce que l'on
> veut?
> - On élimine les ministères suivants: Agriculture, Pêcheries et
> Alimentation, Culture, Communications et Condition féminine, Développement
> durable, Environnement et Parcs, Immigration et Communautés culturelles,
> Relations internationales, Ressources naturelles et Faune, Tourisme,
> Travail. Et on a 71% du travail de fait.
> - On élimine aussi le ministère du revenu (et on fait comme dans le reste
> du Canada, on demande à Revenu Canada de collecter nos impôts). De cette
> façon, on est rendu à 96% de l'objectif.
>
> Et dans tout ça, on ne parle pas encore d'amélioration des services (qui en
> ont grand besoin: éducation, santé, culture), ni de vieillissement de la
> population, ni d'allègement de la dette.
> Pour tout ça, il faut encore plus d'argent!
>
> Ou encore, on considère que le problème n'en est pas un de revenus, ni de
> dépenses, mais de fonctionnement. Alors là, on parle de réformes.
> Lesquelles?
>
> Bref, c'est le genre de sujet sur lesquelles on entend beaucoup de
> critiques, mais où les solutions ne sont pas simples.
> David
>
> P.s.: en passant, pour les augmentations de revenus ou les diminutions de
> dépenses, je ne fais que donner des exemples simplistes pour exprimer un
> ordre de grandeur. Je ne pense aucunement qu'il s'agit là de solutions
> possibles et encore moins adéquates.
>
> ------------------------------
> Jeux Messenger : mettez vos amis au défi! Jeux 
> Messenger!<http://go.microsoft.com/?linkid=9734391>
> ------------------------------
> Jeux Messenger : mettez vos amis au défi! Jeux 
> Messenger!<http://go.microsoft.com/?linkid=9734391>
>

Other related posts: